EN ATTENDANT N°1 IMPRESSION DE VOYAGE: L' EGYPTE

Publié le par andré.aladinian

      L’ EGYPTE SEPTEMBRE A NOVEMBRE 2004

LES IMPRESSIONS GENERALES

A ) - LES VOITURES ET LES TRANSPORTS DU CAIRE-
     -Une vision nécessairement orientale - ici l’Automobile est reine tout lui est permis, le chauffeur n’existe pas, il y a seulement à l’intérieur des véhicules, au volant, un engin déshumanisé, une machine primaire programmée pour faire avancer le plus vite possible un tas de ferraille, dont la marque, n’est même par repérable, dans la plupart des cas.
  Tout laisse à penser que, les voitures récentes, sont mâles, Mercédes, BMW, Porsche, 4x4 Toyota ou autres, car elles jaillissent de la circulation avec arrogance et mépris semblant vouloir écraser la catégorie inférieure, et  forcément femelle, des voitures sans caste, qui elles,  opposent pour toute défense qu’une plainte dérisoire qui semble être leur dernier soupir, mais il ne faut pas croire, elles font toutes semblants, elles continuent comme des folles à papillonner dans les rues créant une rumeur entêtante, paraissant sortir d’un mouroir.Inutile de préciser que dans de telles conditions l’apprentissage du piéton qui, dans cette conjoncture, devrait passer un permis de “piétonner“obligatoire, a été long, on y va ou on y va pas, éternel dilemme, jusqu’au jour, ou, le corps et l’esprit libérés nous avons eu le réel sentiment d’être devenus un peu “Cairote” nous étions autorisés enfin à circuler librement dans les rues.
   Aux feux rouges, mais quel feu rouge, ils sont virtuels, il n’existe que dans les esprits notre conscience modelée par la crainte de la prune (PV) et en bons Parisiens “quand même, un feu c’est un feu, il y peut être une caméra”, hésitation, jusqu’au moment ou un policier pris de pitié arrête la circulation pour nous faire traverser alors là nous sommes redevenus des étrangers dans la ville, les réactions ne se font pas attendre, le regard torve des bêtes du volant, les mâchoires crispées et les regards durs nous font croire que le pire peut arriver c’est OK Coral, les voitures klaxonnent, elles continuent d’avancées lentement jusqu’a poussé le policier qui règle la circulation lui ne s’en formalise même pas et avec un large sourire il y va de son “welcome in Egypte”.
Le stationnement laisse la priorité à toutes les fantaisies, les autos sont partout, en double file, sur les trottoirs devant les garages, tant et ci-bien que le piéton lui, à ses risque et périls, doit se déplacer sur ce qui reste de la chaussée, malmené par l’impatience des conducteurs qui visiblement se demande ce qu’il fait là.
Il faut croire que les chauffeurs ne font que conduire et que les piétons ne font que marcher sans pouvoir s’imaginer ni l’un ni l’ autre ce qu’ils vivent dans leur état respectif.
Et puis cerise sur le gâteau, tous les matins, le pont de la rivière Kwai, la lettre à Elise, et autres airs actionnés par le feu de recul des voitures déplacées par les concierges préparant le départ au travail des habitants de l’immeuble qu’ils ont à charge. Moi, pour ma part, j’ai choisi « LETTRE A ELISE» , mes voisins sont heureux comme tout.
Il faut aussi  parler des voituriers, mafia des gardiens d’immeuble, ceux-ci règlent tout le stationnement du secteur qu’ils se sont alloué, ils sortent les voitures des parkings de leur immeuble et ne manquent de klaxonner pour avertir leur propriétaire que tout est prêt pour le départ, lorsque l’on sait que le travail démarre très tôt le matin, aux environs de sept heures et demie, inutile de dire que dès six heures 30 c’est le tollé général. Mais déjà le muezzin avait fait son oeuvre à l’heure de la prière 5 heures 30.
Et le soir rebelote des gens rentrent du travail, d’autres reviennent de leurs courses les voitures sont garées par les concierges qui délèguent leurs pouvoirs à d’autres pour décharges les courses encombrants le coffre des voitures.
Les taxis se déplacent tels des fourmis obsèdès qu’ils sont de la tâche a accomplir, l’ empressement est leur règle de vie sans cesse aller d’ un point a un autre et le plus vite possible? c’ est une nuée de bestioles noires et blanches qui se faufilent dans la circulation chacune mue et gérée par on ne sait trop quelle règle, mais le résultat est là ilest rare de voir des accrochages, malgré tout il est une évidence, ce sontdes barroudeur les cicatrices ne manquent pas sur leur carrosserie, les tableaux de bord, alors eux les tableaux de bord ei bien ils n’ existent pas.
Au Caire trois voitures sur quatre sont des taxis tout le monde les utlises les prix sont très aabordables il y a 3 classes de taxis.                                                                                                   
                             a )- les berlines des grands hotels des mercédes dans la plupart des cas.
                             b )- les taxis d’ hotels des 504 Peugeot en   bon  état.
                             c )- les taxis populaires c’ est le tout venant les sans marques, les sans rien, ce n’est pas tout a fait vrai car il faut reconnaitre qu’  ils ont tout de même  chose, ils ont du frein

          Les déplacements au Caire se font par:
                              a )- Taxis
                              b )- Mini bus
                              c )- Autocar
                              d )- Tramway
                              e )- Métro
                               f )- Bateau bus
              a) -Les taxis sont de loin le moyen de transport le plus pratique leur coût est dérisoire il est le plus  utilisé  par tous, les Cairotes toutes classes confondues prennent le taxi.
Nous, nous fixions le prix avant de monter dans la voiture, ce que nous conseillons à tous, car malgré le “no problème” les discussions risquent d’être âpres à l’arrivée.
               b) -Le mini-bus est  rapide il est très utilisé, mais pour nous la difficulté est d’identifier son parcourt les annonces sont faites en Égyptien.            
               c) -Les autocars eux sont très pratiques pour les longs trajets les routes sont bitumées et de bonnes qualités il en existe deux versions l’omnibus et le Super Jet .         
                 Nous avons pris ces cars pour Sharm el sheikh, Dahab, Sainte-Catherine, Port-Saïd, Bahariya, et Alexandrie, c’était bien et pas chère du tout, malgré les tarifs spéciaux appliqués aux les touristes ( nous en avons rencontré très peu ).
                d) -Le tram,nous n’avons pas eu l’occasion d’utililisé ce transport, peut-être n’avons pas eu le courage de monter dans ces engins aux allures barbares.
                e) -ensuite vient le métro très propre, pas onéreux ( 0,75 livre égyptienne ) très agréable à condition de ne pas monter, lorsque l’on est dû sexe masculin, dans le wagon des femmes.   
                  De Zamelek il nous fallait plus de 20 minutes pour nous rendre a la station la plus proche.
                  f) -des bateaux bus nous n’en avons pas une grande expérience nous avons le trajet de Kaneter, la petite promenade d’une heure que font les cairotes le soir et  la traversée du Nil jusqu’au pont des universités.
                 

Publié dans VOYAGES ET TOURISME

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article